Vous mettez à jour votre serveur avec la version 22.1 ? Nous avons activé le moteur AMP plus rapide par défaut. Découvrez comment ces modifications de paramètres système peuvent vous affecter.

2022.1.1.30569 Patch Release Update

The 2022.1.1.30569 Patch/Minor release has been removed from the Download Portal due to a missing signature in some of the included files. This causes the files to not be recognized as valid files provided by Alteryx and might trigger warning messages by some 3rd party programs. If you installed the 2022.1.1.30569 release, we recommend that you reinstall the patch.
Free Trial

Blog - Français

Les analyses et les idées des plus grands esprits de l'analyse.
TIPS de la semaine

Chaque semaine, découvrez de nouvelles astuces et bonnes pratiques pour devenir un expert !

Voir l'index
StephaneP
Alteryx
Alteryx

Comment générer et formater des totaux et cumuls

 

Je me souviens encore de la 1ère fois où j’ai voulu faire des totaux et sous totaux avec Alteryx. Je me sentais démuni.

StephaneP_0-1647938031720.png

 

Un peu comme si j’avais une main attachée dans le dos pour faire un CTRL+ALT+SUP.

StephaneP_1-1647938031734.jpeg

 

Ce n’est pas du tout la même approche que dans Excel, ce qui explique le petit malaise du démarrage, en revanche une fois maitrisée cela peut être nettement plus dynamique et maintenable dans le temps. Surtout qu’avec l’outil Table on peut également formater le résultat dynamiquement.

Pour vous faire gagner du temps, voici donc un tour d’horizon des principales techniques pour réaliser les différents types de totaux ou sous totaux verticaux ou horizontaux.

StephaneP_2-1647938032361.png

 

Souvenez-vous, il n’y a jamais qu’une façon de faire dans Alteryx. Piochez des idées dans ces exemples et en fonction du niveau de dynamisme ou de robustesse créez la solution la plus adaptée pour vous.

 

Hormis les cas simples, le principe général reste de calculer séparément les totaux ou sous totaux puis de les recombiner dans le bon ordre. La gestion de l’ordre est finalement la problématique principale à gérer.

 

A noter que j’ai placé un outil Table en bout de chaîne pour vous montrer des exemples de formatage statique ou dynamique de ce type de tableau. Il est important de réaliser ce qu’on peut faire et que ce n’est pas compliqué. Il faut juste savoir comment. Notamment la série d’articles Reporting avancé ou le paradoxe de Spock (Le reporting avancé ou le paradoxe de Spock : 1-Le Starter kit du reporting avancé, Reporting avancé ou le paradoxe de Spock : 2. Comprendre la logique de formatage) est là pour vous guider pas à pas.

 

Tous les exemples présentés ici se trouvent dans le workflow en fin d’article.

 

A - Colonne de Total par ligne

 

Exemple 1: Insérer une colonne de Total par Ligne

 

StephaneP_3-1647938032554.png

 

La base. Cela peut se faire en dur via l’outil formule, ou en dynamique via une combinaison très pratique et très utilisée dans différent domaine : Transposer + Tableau Croisé dynamique.

 

StephaneP_4-1647938032581.png

 

On exploite les options Méthode d’agrégation des valeurs en bas du menu et peu connues. Elles permettent de rajouter automatiquement des sommes en ligne ou colonne.

StephaneP_5-1647938032607.png

 

A noter que cette technique rajoute des préfixes (Sum_ Count_... suivant l’option). D’où la présence de l’objet Attribution dynamique d’un nouveau nom, qui permet de supprimer dynamiquement ce préfixe.

 

StephaneP_6-1647938032619.png

 

L’intérêt de cette combinatoire est qu’elle n’est pas dépendante du nombre de colonnes en entrée si on active bien l’option Colonnes dynamiques ou inconnues dans le 1er outil Transposer.

 

StephaneP_7-1647938032640.png

 

Si demain une nouvelle colonne apparait et doit être sommée elle le sera par ce biais.

 

B - Ligne de Total par Colonne

 

Exemple 2 : Insérer une ligne de Total par colonne

 

StephaneP_8-1647938032827.png

 

Là aussi une version statique (on agrège à part puis on consolide les 2) et la même technique combinée que pour l’exemple précédent.

 

StephaneP_9-1647938032855.png

 

Exemple 3 : Insérer un sous total pour une sous-catégorie EN DUR

 

StephaneP_10-1647938033030.png

 

Le principe est d’insérer un sous total partiel sur une combinaison déterminée, en dur, de valeur.

Il faut donc gérer la liste des valeurs (ici traitée en dur dans le filtre), sommer les différentes composantes puis ordonner correctement les résultats.

StephaneP_11-1647938033057.png

 

A noter l’option dans l’outil Union qui permet de gérer l’ordre de consolidation verticale des différents tableaux et permet de recombiner correctement nos différentes composantes.

 

StephaneP_12-1647938033100.png

 

Note : Par défaut l’outil Union trie les entrées par ordre alphabétique. Cette astuce peut vous aider à gérer l’ordre sans cette option en renommant les liens d’entrée. Par défaut, il créée des #1, #2 lors de la création des liens. #1 sera le 1er bloc puis #2 et ainsi de suite. Vous pouvez les renommer en cliquant sur le lien et gérer ainsi visuellement dans le workflow l’ordre de combinaison.

 

Exemple 4 : Insérer des sous totaux dynamiques sur la base des valeurs d'une colonne particulière

(ici par département, Marketing ou Production)

 

StephaneP_13-1647938033241.png

 

Un grand classique : générer un sous total sur la base d’une catégorie / caractéristique présente dans une colonne. Ici, on veut générer un regroupement sur la base de la colonne Dept (Mkt ou Prod) et bien sûr que ce soit dynamique. On veut aussi générer le Total global.

 

Le principe consiste à :

  • Générer 1 branche par niveau d’agrégation,
  • Ajouter via une formule les colonnes ou valeur manquantes et leur accoler une valeur (ex : pour le Total global, on n’a pas de valeur pour le Dept ou Sous Dept). Ceci permet d’avoir des structures de table homogène qu’on va pouvoir consolider simplement,
  • Gérer l’ordre des blocs de données.

StephaneP_14-1647938033270.png

 

Avec cette méthode quel que soit le nombre de lignes par Dept cela fonctionne et quelque soit le nombre de ces Dept aussi.

 

A noter que pour le formatage peut aussi être rendu dynamique si vous normaliser les désignations.

 

Ici, par exemple, ce sont les lignes qui contiennent « Total » dans les 5 caractères de droite qui se verront appliquer un color coding conditionnel. J’ai aussi fait des cas particuliers de couleur par département pour mieux les identifier mais on n’est pas obligé si on veut que cela reste dynamique.

 

Exemple 4 BIS : Insérer des sous totaux dynamiques sur la base des valeurs d'une colonne particulière. Autre type de formatage.

 

StephaneP_15-1647938033460.png

 

Même idée que précédemment, on cherche à automatiser la génération de sous totaux et totaux sur la base des valeurs d’une colonne, ici Category (Private ou Public).

 

Il y a 2 nuances avec l’exemple précédent :

1 - L’ordre est ici formalisé via une colonne qui porte cette information. Cela a du sens lorsqu’on commence à avoir de nombreux niveaux pour ne pas s’y perdre et pouvoir tout remettre d’aplomb sur la base de tri. C’est donc une étape dédiée par niveau d’agrégation. Dans l’exemple précédent, cela était géré par un enchainement d’Union dans le bon ordre. Mais à grande échelle, la maintenance devient complexe. D’où cette technique.

2 - Le formatage de sortie est aussi différent pour vous montrer d’autres astuces (notamment comment faire disparaitre du texte en basculant la couleur d’un texte pour l’aligner avec celle du fond).

 

StephaneP_16-1647938033487.pngC - Cumul glissant

 

Exemple 5: Générer automatiquement un cumul glissant regroupé par colonne

(ici par département)

StephaneP_17-1647938033695.png

 

Petite nuance ici puisqu’on va générer des cumuls glissants. On souhaite en avoir 2. L’un qui soit un cumul global et l’autre qui soit un cumul au sein de chaque Department.

 

On se sert d’un outil dont c’est la fonction : le Total Cumulé.

 

StephaneP_18-1647938033704.png

 

Il possède une option qui permet de faire ce cumul segmenté par la valeur d’une colonne.

 

StephaneP_19-1647938033714.png

 

A noter ici que pour mettre en valeur les sous totaux intermédiaires, le formatage est principalement géré via les règles de formatage de colonnes. On empile plusieurs formatages de table, lignes et colonnes. Il faut apprendre à maitriser les ordres de priorités. Se référer à la série « Reporting Avancé ou le paradoxe de Spock » (Lien du 1er article: Le reporting avancé ou le paradoxe de Spock : 1-Le Starter kit du reporting avancé) si vous souhaitez des explications plus détaillées.

 

Note sur le cumul glissant par colonne

Dans la logique Alteryx, pour faire un cumul glissant par colonne, il faut d’abord basculer les colonnes en ligne via un Transpose, appliquer le Total Cumulé vertical, puis rebasculer en colonne via un Tableau croisé dynamique.

 

D - Remarque finale sur le formatage

 

Si vous souhaitez formater vos tableaux finaux, l’outil Table n’est qu’une des options à disposition.

On peut pousser:

  • vers du Excel déjà formaté (l’équivalent d’un copier/coller valeur en quelques sorte),
  • vers une feuille de données puis construire dessus des tableaux et graphiques dans Excel,
  • vers des outils de Dataviz (Tableau, PowerBI, Qlik…).

La principale force de l’outil Table est de générer ce même rapport en masse en le déclinant sur différents axes métiers. Combiné à l'outil Rendu (Tour d'horizon ici ) on peut alors le décliner automatiquement sous différent formats de sortie (pdf, xls, mail, ppt, word, html…) et profiter du dynamisme du format pour supprimer toute intervention manuelle.

 

A ce propos, la plupart du temps le formatage peut être rajouté à postériori à la suite de la construction de la table de donnée. Mais pour du formatage dynamique avancé, il faut parfois rajouter à l’avance des colonnes ou lignes techniques contenant des paramètres utilisés par le formatage conditionnel pour s’avoir où s’appliquer (ex : niveau dans la hiérarchie, anomalie sur la ligne, colonne périodique ou de cumul…). On peut dans l’outil table avoir ces valeurs à disposition mais ne pas les afficher dans la sortie.

StephaneP_0-1647949850081.png

Ici par exemple le contenu de RecordID peut être utilisé dans les formules de formatage conditionnel sans apparaître dans le tableau final.

 

 

StephaneP_20-1647938033873.png

 

Et voila, j’espère que maintenant vous pourrez construire ces petites additions sans même réfléchir.

Enjoy !

 

Stéphane Portier
Sales Engineer

Commentaires
StephV
Alteryx Community Team
Alteryx Community Team

Merci @StephaneP pour tous ces tips ! Je suis sûre que cela va être très utile pour les membres de notre communauté ! Merci encore pour le partage ! Bonne journée ! 

Étiquettes